Harry Potter et l'enfant maudit


Résumé de l'éditeur : The Eighth story. Nineteen years later.

Editeur : Little Brown

Nombre de pages : 330

Mon avis :

Ce bouquin est encore un exemple type de livre que j'achète rapidement après sa sortie. Et, depuis cette date fatidique en 2016, il a beaucoup fait parler de lui donc en gros, si tu as mis le nez dehors au moins une fois depuis, il est plus que probable que tu saches ce qu'est ce livre: une arnaque, une honte à laquelle JK Rowling n'aurait jamais du donner son accord. Dans le meilleur des cas, on le décrivait comme étant une fan fiction. Dans le pire, on priait pour qu'il n'ait jamais existé. Mais moi, j'étais bien contente de l'avoir entre les mains et de pouvoir le dévorer. Et puis, s'est peu à peu poser la question de ce que j'allais bien pouvoir en dire...

Quand je repense à cette lecture, il m'est difficile de donner un avis clair, tranché, de savoir ce que ça m'a réellement fait ressentir car, dans tous les sens du terme, c'était différent de l'oeuvre originale. D'un livre, on est passé à une pièce de théâtre, de l'écrivaine de base, on est passé au duo Jack Thorne et John Tiffany. Mais, ce qui semble avoir le plus marqué les gens, c'est ce manque de détails, ce manque de tout ce qui faisait la verve, l'écriture de JK Rowling. Alors oui, les détails, il en manque mais l'histoire est une pièce de théâtre donc en règle générale, les descriptions, on passe.

Oui, JK Rowling n'est pas l'auteure de ce huitième tome (car oui, selon ce qu'a déclaré l'auteure sur son compte twitter, c'est bien de ça dont il s'agit et non d'une fan fiction) et oui, je suis d'avis que certains personnages (dont Ron), ont été fameusement diminué, rendu, d'une certaine manière, inutile, caricatural et j'en passe. Oui, énormément de passages du livre ont fait polémique notamment le fait qu'un retourneur de temps soit au centre de l'histoire. Mais moi, je n'ai pensé à rien de tout ça.

Moi, j'étais bien contente de retrouver mes personnages favoris dans une ultime aventure, même si elle n'était pas ce que j'espérais (un "vrai huitième tome") et que certains passages manquaient cruellement de réalisme. Découvrir ce petit bout du "19 ans plus tard" m'a donné l'impression de regarder dans une pièce à travers le trou de la serrure. Ca m'a donné l'impression d'être témoin de cette partie de la vie de Harry Potter qui ne nous sera jamais révélée. En deux mots, je me suis sentie privilégiée et finalement, je n'ai qu'un regret, celui de ne pas avoir pu voir la pièce. D'ailleurs, quand je pense à cette dernière, je ne peux m'empêcher de me rappeler de la polémique qui a suivi l'annonce du casting: Hermione était noire. Mais, ici aussi, je m'en fichais puisque, ce qui comptait, c'était que le jeu d'acteur soit bon non?

En bref, avec cet ultime tome, je suis passée par mille et une émotions. J'ai été contente d'avoir ce bref aperçu de la vie adulte des personnages, triste pour Albus, étonnée par certains détails de la vie de Voldemort. J'ai aussi eu envie qu'ils réussissent à sauver Cédric Digori avant d'être finalement contente que ce ne soit pas le cas, choquée par le comportement de Harry puis par les révélations finales.

Je ne sais pas si ce que j'ai dit est clair, ni même si ça reflète réellement ce que j'en ai pensé et tu auras sans doute remarqué que, contrairement aux autres chroniques, ce livre n'a pas de note. C'est normal car, je suis bien incapable de lui en donner une. Tout ce que je peux te dire c'est que, si tu comptes le lire, gardes en tête que c'est une pièce de théâtre et que, si tu refuses de le lire pour des raisons diverses, c'est dommage mais après tout, tu fais ce que tu veux non? Et puis, si tu le souhaites, n'hésite pas à me laisser en commentaire ce que tu en as pensé ou même, dis-moi pourquoi toi, tu ne le liras jamais.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le sorceleur (tome 1: le dernier voeu) de Andrzej Sapkowski